jeudi 3 octobre 2019

Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Le Neuchâtelois Raphaël Domjan promet des vols dans la stratosphère, à l'énergie solaire, depuis de longues années (2014). Mais aujourd'hui, son projet, SolarStratos, a du plomb dans l'aile. Enfin même plus d'aile du tout. Du coup, les investisseurs se font méfiants, révèle le magazine Bilan. Pour regagner leur confiance et obtenir une rallonge de quelques millions, Raphaël Domjan a fait une promesse rassurante: il va perdre 10 kilos. Après, c'est juré, on va survoler les nuages! Mais comment en est-il arrivé si bas, quand on l'attendait si haut?

Tout s'est effondré comme une tour de Babybel quand son engin a perdu ses ailes. Quand L'Ofac les a soumises à une pression de 3,5G en juillet 2018, elles n'ont bêtement pas résisté.

Alors forcément, suite à cet incident, investisseurs privés et publics ont commencé à douter: a-t-on vraiment bien fait de lui refiler tout ce blé? Après S3, ses utopies, ses désillusions et ses pertes en millions, les affaires spatiales sises à Payerne ont de quoi rendre frileux. 

Les privés, disons, font ce qu'ils veulent de leur pognon. Mais les communes et les cantons, eux, c'est l'argent du contribuable qu'ils misent sur la table. Et quand on voit leur réaction, ce n'est pas très apaisant. 

A Neuchâtel, c'est vite vu, c'est motus et bouche cousue. Le canton a simplement refusé d'indiquer à Bilan le montant investi jusque-là dans cet avion. Du genre: "On sait ce qu'on fait, les gars, c'est bon, venez pas jouer les tâtillons!". 

Dans la Broye, en revanche, les communes ont décidé qu'elles ne fileront plus un rond pour l'instant. Elles ont même engagé la HEIG pour faire un audit sur la viabilité du projet. L'ironie ne les a pas pour autant délaissées. 

L'expert mandaté jure en effet ne pas avoir les compétences aéronautiques nécessaires pour se prononcer sur la faisabilité de cette aventure soi-disant écologique. Pourtant, il y a une année encore, ce dernier était présenté comme un spécialiste spécifiqement engagé pour permettre "aux dirigeants de SolarStratos de mieux comprendre les différents facteurs influençant la réussite ou l'échec d'une telle mission". A croire qu'entre temps, ses capacités d'expertise se sont envolées (elles, au moins, elles y parviennent). 

Le seul qui ose donner quelques éléments, c'est le directeur du CSEM, institution neuchâteloise impliquée dans la technique du projet. Et en gros, il dit: à l'heure actuelle, l'avion est trop lourd pour viser la stratosphère. Alors pour Raphaêl Domjan, le prochain combat se mènera contre les apéros dînatoires et le foie gras. 

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Torrée Adore

dimanche 29 septembre 2019

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615



Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/subscriptions/new/


Les Neuchatelois ont de quoi être fiers. A défaut d'être la meilleure, la police neuchâteloise est la plus «fun». Elle a remporté le "Tetris Challenge", un concours organisé par la police zurichoise, nous apprenait 20 Minutes. Le but de ce concours fort utile? Exposer le matériel d'une voiture de police sur une photo de manière à faire penser à ce super jeu chronophage.
La Police neuchâteloise y a mis tout son coeur. Elle a sorti son vieux matos d'un autre temps, genre une VW de 1984 conservée dans son musée (et oui, la police a son propre musée!) et ses vieilles cravates de l'époque où les flics vous disaient encore bonjour. Le tout pris avec un drône. L'image donne bien, certes. On sent une longue réflexion et une grande préparation. Et puis, «on a bien rigolé», assure Pierre-Louis Rochaix dans Arcinfo.
On est content pour eux. Mais on se demande quand même si nos policiers n'avaient pas mieux à faire que de se coucher par terre.
- Image de Vincent L'Epée - Texte de Torrée Adore

samedi 21 septembre 2019

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/subscriptions/new/


Extinction Rebellion a bloqué Neuchâtel vendredi à l’heure de pointe. Vrai faux reportage depuis mon V.U.S... ou S.U.V si vous préférez.

«17h30, comme d’hab ça roule pas à Neuch’... Mais on dirait que cette fois c’est à cause d’une bande d’agités avec des banderoles ? Eux ou la circulation de fin de journée, qu’est-ce que ça change? Heureusement je peux mettre la clim’ à fond et monter le son, faudrait pas qu’ils m’empêchent d’arriver à l’apéro au Prestige Bar de bonne humeur, ces allumés.

C’est quoi leur banderole? ‘Non-violent’? De toute façon, avec mon pare-chocs situé pile à la hauteur de leurs organes vitaux, z’ont plutôt intérêt à pas se montrer violents ces branleurs… Hein? Tu m’proposes des biscuits? Mais casse-toi, en plus t’es moche, quand je pense que j’avais hésité sur l’option vitre-teintée… On n’est pas encore assez haut perché sur des jantes de 22 pouces, tu vas voir ce que j’en fais de tes biscuits…

Quoi? Ils rouvrent déjà la route? Pour emmerder le monde ils font pas long... Et voilà les flics qui s’y mettent, trop tard, comme d’hab  – Bonjour Monsieur l’agent! – petit sourire complice derrière les lunettes de sun pour les remercier, c’est pas à eux que j’vais faire la gueule quand même.

Le pire de toute façon, c’est pas ces guignols, ce sera de trouver une place de parc. Bah allez, revenez vendredi prochain, pendant qu’on s’emmerde à traverser la ville, vous pourrez assurer le spectacle.»  
- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

samedi 7 septembre 2019

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/subscriptions/new/

Les oiseaux se lâchent pour nous pourrir
- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

D’abord un, puis deux, puis des centaines… Comme dans le film Les Oiseaux de Hitchcock, des volatiles s’installent, se rallient. Mais leur place de jeux sont les toits plats de Neuchâtel et les vastes champs des cultures intensives alentours, et ces oiseaux si menaçants, ce sont les goélands.
Par deux fois, fin juillet dans ArcInfo (31.07.) et sur la RTS ce week-end (31.08.), les goélands leucophées neuchâtelois ont fait les choux gras des médias. Ces agitateurs ailés posent en effet problème: ils crient trop fort, trop tôt le matin de mars à août, et ont l’idée saugrenue de défendre bec et serres leur progéniture. De tels défauts sont évidemment d’intérêt éminemment public et on comprend dès lors pourquoi un sujet comme celui-ci mérite un traitement à l’échelle romande.

Quelques grincheux qui savent se faire entendre au moins aussi bien que les cris à sonorité marine des laridés tétrapodes ovipares proposent de faire déchoir ces derniers de leur statut d’espèce protégée, histoire qu’on puisse les descendre au plomb quand on sait viser ou qu’on casse leurs œufs à coup de rangers.

Mais on apprend bien plus en lisant ArcInfo qu’en regardant Le 19h30, qui se contente de signaler que cette dernière possibilité sera discutée aux prochaines sessions parlementaires. Dans notre bon quotidien, François Turrian, directeur d’Aspo-Birdlife, explique que «ces espèces profitent des activités humaines».

La possibilité de se nourrir dans les si belles zones d’agriculture extensive, ou dans nos poubelles débordantes, ainsi que celle de nicher sur les toits plats tellement en vogue, sont autant de grands espaces appréciés par ces oiseaux qui sont quand même remontés depuis la mer Méditerranée par le Rhône pour les atteindre.

Pesticides et engrais, consommation à outrance et mitage du territoire sont les ingrédients idéaux pour un voisinage criard. Mais que crient-ils au juste? Bandes de cons! Bandes de cons! Bandes de cons!

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


jeudi 18 juillet 2019

jeudi 6 juin 2019