dimanche 21 juin 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! 
https://latorche.ch/users/register/local

Sale temps pour les pique-assiette

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Urbain Torché

Décidément, ce méchant Corona a quand même du bon. Mais oui, y a quand même des choses qui vont changer. Dans ma boîte aux lettres ce matin, une invitation au vernissage d’une exposition. Chic alors, enfin de nouveau une occasion de boire des verres à l’œil et de se goinfrer de bonnes choses. Ben non, ce vernissage-là ne va pas attirer les traditionnels pique-assiette.

Eh oui, enfin, la culture, c’est reparti. Les musées ont rouvert leurs portes et des projets mis en veilleuse vont pouvoir redémarrer. Début juillet, par exemple, le Grand-Cachot-de-Vent à La Chaux-du-Milieu accueillera une exposition des œuvres de l’artiste neuchâteloise Catherine Aeschlimann . « L’horizon et après » tel est le titre de cette présentation.

Mais l’événement, ce sera surtout le vernissage, agrémenté de lectures de l’auteure Bernadette Richard. Parce que ça va sortir de l’ordinaire. D’abord, le nombre de visiteurs sera limité, COVID oblige. Ce qui est fort regrettable, un tel casting aurait attiré la foule en temps ordinaire.

Il sera en outre obligatoire de s’inscrire. Ce qui va retenir à la maison tous ceux qui n’osent pas dire à leur conjoint-e qu’au lieu de boire l’apéro avec les copain-copine(s), ils vont s’encanailler dans un lieu culturel.

Il faudra aussi se munir de son propre verre pour avoir droit à l’apéro. Et ça, ça va décourager tous ceux qui n’assistaient à de telles agapes que pour compéter leur service de table.

Et surtout, pas de canapés, pas de petits fours nit de croissants au jambon. Nada, rien. Ah si pourtant, on nous précise que la nourriture spirituelle est autorisée. Ouf.

Quand on vous disait que les temps deviennent durs pour les pique-assiette. Déjà que les "afters" des enterrements se font maintenant le plus souvent dans l’intimité.

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php




vendredi 5 juin 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Neuchâtel, à bicycletteuh...

Ça tourne pas assez rond à Neuchâtel pour la petite reine, estime la section cantonale Pro Vélo, qui a envoyé une missive de revendications à notre conseiller d’Etat Laurent Favre, apprenons-nous par «ArcInfo» (04.06).

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

Les routes neuchâteloises sont comme un territoire que le TCS et Pro Vélo se disputent dans une entente cordiale, sous le regard attendri du chef du département du développement territorial et de l’environnement (DDTE), Laurent Favre.

A coup de lettre, de remise de prix ou de soirée de gala, les associations tournent autour du ministre qui apprécie certaines méthodes et d’autres moins.

Ainsi, si le conseiller d’Etat a affiché une bobine joyeuse lors de l’éclatante assemblée des délégués du TCS Suisse le 14 juin 20191, celui-ci n’a que très peu goûté aux exigences sur fond de coronavirus du récent courrier de Pro Vélo Neuchâtel: «Nous ne voulons pas de mesures coup de poing, potentiellement spectaculaires, mais peu efficaces sur le long terme, voire pénalisantes pour les transports publics», lit-on dans «ArcInfo» (toujours le 04.06).

Gandhi à vélo?
Pénalisante pour les transports publics? Comment le train et les bus pourraient être menacés par l’instauration de «limitations de vitesse, de nouvelles signalisations, une régulation adaptée des feux et les fermetures de rues voire la suppression temporaire de places de parc»?

Les SUV ont de beaux jours devant eux sur nos routes…

Mais que les défenseurs de la petite reine patientent: «Chaque bonne réalisation, grande ou petite, connaît ses périodes de corvées et de triomphes; un début, un combat et une victoire.», c’est de Gandhi, et c’est la citation choisie par Laurent Favre sur sa page officielle.




vendredi 22 mai 2020




Copains comme cochons?

Début mai, une maladie hautement contagieuse conduisant parfois à la mort est apparue dans une porcherie du Val-de-Ruz. Toute ressemblance avec le coronavirus qui sévit actuellement est pourtant parfaitement fortuite.

Texte de Betty Saucisse

Un cas de syndrome dysgénésique et respiratoire du porc a été diagnostiqué dans le canton de Neuchâtel le 5 mai. Le cochon contaminé en est mort, euthanasié au Tierspital de Berne.

Il s’agit d’un virus qui provoque des problèmes au niveau de la reproduction, avec des baisses de fertilité et des porcelets chétifs. Mais ce sont la fièvre et surtout des symptômes respiratoires (toux, éternuements, difficultés respiratoires) qui conduisent à la mort.

C’est bête

L’animal a contracté cette épizootie en raison d’une importation illégale depuis l’Espagne de deux jeunes suidés assurément malingres, apprend-t-on par Pierre-François Gobat, chef de service et vétérinaire cantonal qui s’est exprimé sur Canal Alpha.

La bête rose vivait dans une petite exploitation en brique, en bois et en paille, de cinq petits cochons. Par précaution, ses quatre copains cochons sont morts avec lui.

Il faut dire que la commune de Val-de-Ruz ne possède aucune unité de ventilation de groins, on ne va donc pas s’amuser à calculer les courbes de propagation du syndrôme en fonction des capacités vétérinaires.

Ce sont les porcheries d’à côté qui suent comme des porcs, maintenant, car le virus voyage volontiers par les airs. A défaut d'arborer le masque, les porcins voisins risquent bien de porter le chapeau. 

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


mercredi 20 mai 2020

dimanche 17 mai 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Début mai, une maladie hautement contagieuse conduisant parfois à la mort est apparue dans une porcherie du Val-de-Ruz. Toute ressemblance avec le coronavirus qui sévit actuellement est pourtant parfaitement fortuite.

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

Un cas de syndrome dysgénésique et respiratoire du porc a été diagnostiqué dans le canton de Neuchâtel le 5 mai. Le cochon contaminé en est mort, euthanasié au Tierspital de Berne.

Il s’agit d’un virus qui provoque des problèmes au niveau de la reproduction, avec des baisses de fertilité et des porcelets chétifs. Mais ce sont la fièvre et surtout des symptômes respiratoires (toux, éternuements, difficultés respiratoires) qui conduisent à la mort.

C’est bête
L’animal a contracté cette épizootie en raison d’une importation illégale depuis l’Espagne de deux jeunes suidés assurément malingres, apprend-t-on par Pierre-François Gobat, chef de service et vétérinaire cantonal qui s’est exprimé sur Canal Alpha.

La bête rose vivait dans une petite exploitation en brique, en bois et en paille, de cinq petits cochons. Par précaution, ses quatre copains cochons sont morts avec lui.

Il faut dire que la commune de Val-de-Ruz ne possède aucune unité de ventilation de groins, on ne va donc pas s’amuser à calculer les courbes de propagation du syndrôme en fonction des capacités vétérinaires.

Ce sont les porcheries d’à côté qui suent comme des porcs, maintenant, car le virus voyage volontiers par les airs. A défaut d'arborer le masque, les porcins voisins risquent bien de porter le chapeau. 



samedi 9 mai 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615



Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local



Une révolution silencieuse parcourt les rues de la ville de Neuchâtel et chamboule les habitudes de ses habitants.

Qu'il soit brun, blanc ou vert, cela n'a plus d'importance, le verre se jette désormais en vrac et dans un fracassant désordre dans la benne de recyclage. Idem pour le papier et le carton, dont le grammage ou le glaçage n'est plus la source d'une longue hésitation menant au mal de tête. Depuis quelques semaines, l'affichage officiel situé sous les réceptacles se sont uniformisés devant le regard médusés des usagers.

Désormais, les daltoniens n'auront plus d'excuses, et jamais l'expression n'aura été plus juste: «Chéri(e), je sors faire le vide». Le cerveau des Neuchâteloises et Neuchâtelois est enfin débarrassé du souci de la concentration quand il s'agissait de mettre le bon déchet dans le bon orifice. Les honnêtes citoyens sont aussi enfin déchargés du poids de la culpabilité, lorsque la frêle notice de papier filait avec l'emballage «au carton». Enfin, ils sont libérés de ce choix cornélien sadique: «Mais ce verre, il est brun ou il est vert???»

Cette petite révolution s'inscrit comme une «nouveauté 2020» sur le site du Service des infrastructures de la ville de Neuchâtel, qui précise toutefois que bien que mélangés, les déchets de ces points de collecte «restent cependant triés séparément à la déchetterie». Neuchâtel crée de l'emploi, c'est beau.

Mais il faut prendre garde à l'innovation. Si on ne trie plus par couleur, encore moins par matière, ainsi soulagés de toute réflexions, d'aucuns seront bientôt tentés d'amener le contenu de leur poubelle dans la benne, et sans sacs taxés....!

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

mercredi 29 avril 2020

Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Finie la rigolade. Les vacances de Pâques, c’est FINI-NI-NI ! Tom et Chloé ! En rang par deux ! Direction le salon. On se tait et on se met au boulot. Ce matin, les petits Neuchâtelois ont retrouvé le « chemin » de l’école. En attendant le 11 mai, quand la rentrée sera pour la première fois une « sortie ». Si tout est en place pour assurer leur sécurité. Ce qui semble être encore loin d’être le cas s’interrogent bon nombre de parents et d’enseignants. Et les regards se tournent vers le Château. Mais Anne, ma sœur Anne, ne voit toujours rien venir. Même pas un avion sans ailes.
Les cantons ont les mains libres pour organiser ce prochain retour en classe. On s’attendait à ce que notre Gouvernement prenne les choses en main.
Mais nos ministres, et en particulier celle qui est en charge de la formation, restent suspendus aux lèvres de Saint Alain. Alors on va y aller «aussi vite que possible, aussi lentement que nécessaire». En privilégiant la deuxième partie de la phrase.
Les avis sont partagés quant à l’opportunité d’agender si vite le retour à l’école. Beaucoup s’étaient déjà fait à l’idée que la rentrée se ferait à la fin des vacances estivales. Cette variante rencontre surtout l’adhésion des parents qui sont à la maison pour s’occuper de leurs gamins. Pour ceux qui travaillent, c’est plutôt un soulagement que de les voir retourner en classe. Mais ce soulagement est teinté d’inquiétude.
Dans quelles conditions de sécurité sanitaire cela va-t-il se passer ? C’est là que le bât blesse. A 15 jours de l’échéance, personne ne sait encore comment les choses vont se passer. Les parents se tournent vers les enseignants qui eux retardent des instructions claires de leurs directions. Lesquelles directions temporisent en espérant que le Département cantonal concerné leur fournira au moins une feuille de route.
En clair, il apparaît clairement dans cette crise que l’organisation pyramidale de nos écoles est parfaitement nuisible à la bonne gestion d’une telle situation. On joue à se refiler la patate chaude. Comme dans un Airbus, tout repose sur les épaules du commandant de bord. Et quand il n’y a pas de pilote dans l’avion, le décollage devient plus que problématique.
- Image de Vincent L'Epée - Texte de Urbain Torché

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php



dimanche 22 mars 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


La mort au temps du Corona*

«Les dépôts de cendres ne pourront plus avoir lieu dans les cimetières communaux» de Val-de-Travers, apprend-t-on dans Arcinfo de ce jour.

Les idées ne manquent pas pour échapper aux devoirs moraux en période d’épidémie. Au Val-de-Travers, il faudra patienter pour balancer les restes carbonisés des défunt-e-s au cimetière, que ce soit dans le jardin des souvenirs (sans l’urne) ou sous terre (avec l’urne). Une mesure prise pour enrayer la propagation du coronavirus.
C’est vrai qu’actuellement, il n’est pas tellement de bon ton d’avoir les yeux qui brillent, la face rougie, et de renifler ou crachoter, qui plus est derrière un masque et de se retrouver en équipe, que ce soit autour du tombeau ou au rayon PQ des centres commerciaux.
Benoît Simon-Vermot, conseiller communal de Val-de-Travers chargé de l’administration, de la sécurité et de la santé remarque d’ailleurs avec appoint, toujours dans «ArcInfo» que: «C’est du respect pour le défunt que d’éviter de déposer ses cendres en catimini, avec des masques et en petit comité». C’est vrai qu’on préfère généralement les grandes pompes pour ces événements, à l’instar de Brassens.
Dès lors, on se doute que dans un canton où 97% des Neuchâtelois recourent au crématoire (chiffre de 2016 selon la RTS), il n’y aura vraiment pas foule dans les cimetières par les temps qui courent. Les trépassés, dont le nombre est appelé à augmenter ces prochains jours, prendront donc la poussière deux fois.

*Titre librement inspiré du roman de Gabriel Garcia Marques «L’amour au temps du choléra», à (re)lire à tout hasard en cette période idoine, mais aussi d’un titre de la rubrique du professeur Junge de «Vigousse», pardon «Virusse» (06.03): «L’amour au temps du Corona» 06.03), à (re)lire aussi.
Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! 
https://latorche.ch/users/register/local

dimanche 15 mars 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

Ce vendredi 13 mars, le canton de Neuchâtel annonçait ses nouvelles mesures pour endiguer la crise sanitaire. La mobilisation ne semble pas toucher les établissements privés qui recommandent juste de restreindre les visites aux patients.

A Neuchâtel, le site internet de L’Hôpital de la Providence n’affiche aucune actualité liée au Covid-19. Idem pour celui de la Clinique Montbrillant à La Chaux-de-Fonds. Les deux vaisseaux amiraux du groupe Swiss Medical Network (GSM) naviguent en pères peinards.

Pourtant, le nombre de cas confirmés d’infection dans le canton de Neuchâtel augmente rapidement. Le Réseau hospitalier neuchâtelois reçoit chaque jour de plus en plus de patients, indique le communiqué. Dès aujourd’hui, l’Etat a mis en place un dispositif « de tri infirmier avec le conseil de médecins. » Les médecins qui exercent dans les établissements de GSM se mettront-ils à disposition ?

Pendant que le médecin cantonal en appelle à la responsabilité de chacun, ceux de GSM continuent à poser des prothèses.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Farel Torcheq

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php