dimanche 13 septembre 2020

Lisez Arcinfo! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615

 


Lisez Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.journaldujura.ch/abo

 


Vendredi prochain, c’est vernissage! Venez nombreux-ses!

 


 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! 

https://latorche.ch/users/register/local

De Chaumont, on voit le Moléson…

On va pas en faire tout un fromage, mais franchement, ces concours à la noix, ça commence à bien faire. Dernier en date (enfin, à cette heure-ci), le meilleur Gruyère du canton de Neuchâtel vient du Val-de-Ruz. On va sûrement apprendre demain que le plus raffiné des Emmentals a été confectionné sur les bords du Doubs et que les plus succulentes bananes poussent à La Brévine.

- Image de Vincent L' Épée - Texte de Urbain Torché

Tout se perd. Il fut un temps où le Gruyère était fabriqué en … Gruyère et l’Emmental dans… l’Emmental. Par ici, on affinait une gomme qu’on appelait le Jura. C’est toujours le même, mais en le parant des couleurs du renommé fromage fribourgeois, y paraît que ça se vend mieux.

Nos fromagers ont pourtant des idées. Le Britchon, le Bleuchâtel et bien d’autres garnissent bien des étals, mais ils ne détrônent pas le sacro-saint Gruyère dont on ne saurait se passer, marié incestueusement avec son cousin le Vacherin, pour touiller une bonne fondue.




samedi 5 septembre 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php Illustration d'article (Professeur Junge)


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


C’était hier! Le 15 juillet 1860, le premier train reliant Neuchâtel à La Tchaux traversait les tunnels tout neufs sous La Vue-des-Alpes. On pensait alors qu’ils allaient durer des siècles ou au moins jusqu’à ce que la Métropole horlogère redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : un vaste pâturage boisé. Mais 160 ans plus tard, la ville est toujours là et les tunnels sont fatigués. Va falloir leur redonner un coup de peinture, En attendant, les usagers prendront le bus. Première étape, dès cette semaine, de nuit seulement. Selon ArcInfo, on gagne 20 minutes et les gens sautent de joie.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Urbain Torché

Première constatation : «En bus le trajet est plus court!» Ben oui, mes chers. Forcément. Le conducteur ne va pas s’emm… à aller se perdre jusqu’à Chambrelien pour y faire un tourner-sur-route.

«On gagne une vingtaine de minutes» a constaté, hilare, un chauffeur de bus interrogé par le quotidien régional. Il a dû rouler très vite, ce brave homme. L’horaire officiel prévoit une durée minimum du trajet de 35 minutes. Le train effectue le même parcours en moins d’une demi-heure. Et puisqu’ «on gagne 20 minutes», ça voudrait dire qu’il n’a fallu que 10 minutes à notre pilote de F1 pour relier les deux villes. TransN et Car Postal auraient-ils acquis des bus supersoniques pour l’occasion?

Bon, ben, a priori, cette première phase ne semble pas trop déranger les passagers. Dès mars prochain, et pour 8 mois (si tout va bien), les bus remplaceront le train en journée également. On se réjouit de voir si, aux heures de pointe, on continue de « gagner 20 minutes ». Ou alors peut-être seulement 10?

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php Illustration d'article (Professeur Junge)



Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Il aura fallu que d’anonymes justiciers (masqués) menacent de se substituer à la police neuchâteloise pour que celles-ci se mette en branle. Ben oui, contrairement à ce que les mauvaises langues prétendent, nos pandores ne sont pas des branleurs. En quelques jours, ils ont procédé à 189 interpellations dans le milieu des voleurs à la tire qui sévissaient dangereusement sur le Littoral depuis plusieurs semaines.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Urbain Torché

Vexés, pris au vif par la menace des « Zorros », ils ont arrêté probablement la plus grande partie de ceux qui ont commis près de 600 vols cet été, certains avec violence. Beau coup de filet. Et ce ne sont pas moins de 229 policiers qui ont été engagés dans l’opération. Presque autant que pour un match de Xamax à La Maladière.

La chasse a été bonne. Et pour une fois, la justice n’a pas traîné les pieds. En quelques jours, 88 ordonnances pénales ont été délivrées par le Ministère public. Paraîtrait même que Nicolas Feuz a abandonné temporairement la rédaction de son prochain polar.

Dix personnes sont déjà sous les verrous. D’autres devront patienter jusqu’à ce qu’il y ait suffisamment de place dans nos prisons. Ou aller se faire pincer sous d’autres cieux. En charge de la sécurité, le conseiller d’Etat Alain Ribaux a déclaré à notre consœur d’ArcInfo avoir « fait de la place ». Ce qui signifierait que des détenus ont été libérés prématurément. Ils doivent bien rigoler.

L’intervention de Zorro n’étant pas souhaitée et les délinquants ayant été identifiés comme provenant en quasi-totalité du Maghreb, il faudra donc plutôt s’adresser à Ali Baba. Il est le plus à même de trouver le sésame pour traiter avec les voleurs, fussent-ils beaucoup plus que 40.

mardi 14 juillet 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615



Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

Le Grand Conseil se non-débine

Eh bin voilà, à vouloir prendre en considération des personnes qui ne se revendiquent ni homme, ni femme, ni même politicien, le POP a tiré la chasse sur la parité au Grand Conseil. Euh non, c’est la faute du PLR.. Oups, non, celle du PS!


- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse


Placer les non binaires dans l’angle des préoccupations constitutionnelles, ça c’était une idée de génie pour saboter la parité patiemment envisagée au Grand Conseil. Mais à qui profite le crime?


Pour le POP et le PLR, il ne fait aucun doute, le plan a été ourdi par le machiavélique Parti socialiste. Pour un peu, on se réjouirait de tant d’audace au sein de ce parti, mais «c’est électoral», s’étranglent les deux autres partis qui bien sûr, ne sont mus que par de saints idéaux…


Ainsi, rappelez-vous, La Torche avait expliqué par le menu le 26 mai dernier comment serait atteinte dans un futur proche la parité au Grand Conseil: «Pour l’élection générale du Grand Conseil, chaque liste sera composée d’au moins 30% de femmes en 2021, d’au moins 40% de femmes en 2025 et d’au moins 50% de femmes en 2029 et en 2033».


Une recette simple comme bonjour. Mais un juriste avait toutefois levé son petit doigt pour mentionner la candidature impossible, dans une répartition 50 hommes – 50 femmes, de personnes non binaires (qui ne se revendiquent ni homme, ni femme).


Alors, le POP, dans sa bienveillance, avait dit lors du grand jour de votation le 24 juin passé: «bon, bon, disons alors 45% de femmes (ou d’hommes) en 2033, c’est plus sûr.» - «Ah non!» a crié le PS, «pas de parité au rabais!» (ce que les non binaires apprécieront…) Alors, le PLR a dit «Merde, j’ai voté pour l’amendement du POP, mais fuck le projet final»… A chacun sa non-binarité…


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Extinction d'embellissement

«Embellir les rues», c’est le nom de l’action mensuelle d’Extinction Rebellion prévue dans toute la Suisse. A voir le centre-ville de Neuchâtel, il semble que les activistes aient un sens esthétique très relatif…

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

Dans un communiqué envoyé à 3h du matin ce vendredi, les activistes d’Extinction Rebellion se sont vantés de leur nouvelle action pour le climat. «Dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 juillet, des activistes d’Extinction Rebellion ont collé des affiches dans les rues de Neuchâtel et alentours. On peut y lire ‘Tu peux changer les choses’, ou encore ‘La protection de l'environnement sauve des vies’», annonce le communiqué.

Et de poursuivre: «D’envergure nationale, plusieurs groupes locaux ont déjà réalisé l’action dans leur ville comme Berne et Lausanne. Cette action s’inscrit dans une campagne d’affichage nationale nommée ‘Embellir les rues’, avec une action par mois prévue dans toute la Suisse.» Quand on dit que les jeunes ne proposent rien…

A Neuchâtel, ce sont de nombreuses affiches publicitaires en charpie qui décorent les rues, sans pour autant y trouver ces messages nous exhortant vers un monde meilleur. C’est très beau. Les rues resplendissent enfin à nouveau grâce à ces créations d’une beauté particulièrement émotive. Vivement le mois prochain.

dimanche 21 juin 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! 
https://latorche.ch/users/register/local

Sale temps pour les pique-assiette

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Urbain Torché

Décidément, ce méchant Corona a quand même du bon. Mais oui, y a quand même des choses qui vont changer. Dans ma boîte aux lettres ce matin, une invitation au vernissage d’une exposition. Chic alors, enfin de nouveau une occasion de boire des verres à l’œil et de se goinfrer de bonnes choses. Ben non, ce vernissage-là ne va pas attirer les traditionnels pique-assiette.

Eh oui, enfin, la culture, c’est reparti. Les musées ont rouvert leurs portes et des projets mis en veilleuse vont pouvoir redémarrer. Début juillet, par exemple, le Grand-Cachot-de-Vent à La Chaux-du-Milieu accueillera une exposition des œuvres de l’artiste neuchâteloise Catherine Aeschlimann . « L’horizon et après » tel est le titre de cette présentation.

Mais l’événement, ce sera surtout le vernissage, agrémenté de lectures de l’auteure Bernadette Richard. Parce que ça va sortir de l’ordinaire. D’abord, le nombre de visiteurs sera limité, COVID oblige. Ce qui est fort regrettable, un tel casting aurait attiré la foule en temps ordinaire.

Il sera en outre obligatoire de s’inscrire. Ce qui va retenir à la maison tous ceux qui n’osent pas dire à leur conjoint-e qu’au lieu de boire l’apéro avec les copain-copine(s), ils vont s’encanailler dans un lieu culturel.

Il faudra aussi se munir de son propre verre pour avoir droit à l’apéro. Et ça, ça va décourager tous ceux qui n’assistaient à de telles agapes que pour compéter leur service de table.

Et surtout, pas de canapés, pas de petits fours nit de croissants au jambon. Nada, rien. Ah si pourtant, on nous précise que la nourriture spirituelle est autorisée. Ouf.

Quand on vous disait que les temps deviennent durs pour les pique-assiette. Déjà que les "afters" des enterrements se font maintenant le plus souvent dans l’intimité.

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php




vendredi 5 juin 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Neuchâtel, à bicycletteuh...

Ça tourne pas assez rond à Neuchâtel pour la petite reine, estime la section cantonale Pro Vélo, qui a envoyé une missive de revendications à notre conseiller d’Etat Laurent Favre, apprenons-nous par «ArcInfo» (04.06).

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

Les routes neuchâteloises sont comme un territoire que le TCS et Pro Vélo se disputent dans une entente cordiale, sous le regard attendri du chef du département du développement territorial et de l’environnement (DDTE), Laurent Favre.

A coup de lettre, de remise de prix ou de soirée de gala, les associations tournent autour du ministre qui apprécie certaines méthodes et d’autres moins.

Ainsi, si le conseiller d’Etat a affiché une bobine joyeuse lors de l’éclatante assemblée des délégués du TCS Suisse le 14 juin 20191, celui-ci n’a que très peu goûté aux exigences sur fond de coronavirus du récent courrier de Pro Vélo Neuchâtel: «Nous ne voulons pas de mesures coup de poing, potentiellement spectaculaires, mais peu efficaces sur le long terme, voire pénalisantes pour les transports publics», lit-on dans «ArcInfo» (toujours le 04.06).

Gandhi à vélo?
Pénalisante pour les transports publics? Comment le train et les bus pourraient être menacés par l’instauration de «limitations de vitesse, de nouvelles signalisations, une régulation adaptée des feux et les fermetures de rues voire la suppression temporaire de places de parc»?

Les SUV ont de beaux jours devant eux sur nos routes…

Mais que les défenseurs de la petite reine patientent: «Chaque bonne réalisation, grande ou petite, connaît ses périodes de corvées et de triomphes; un début, un combat et une victoire.», c’est de Gandhi, et c’est la citation choisie par Laurent Favre sur sa page officielle.




vendredi 22 mai 2020




Copains comme cochons?

Début mai, une maladie hautement contagieuse conduisant parfois à la mort est apparue dans une porcherie du Val-de-Ruz. Toute ressemblance avec le coronavirus qui sévit actuellement est pourtant parfaitement fortuite.

Texte de Betty Saucisse

Un cas de syndrome dysgénésique et respiratoire du porc a été diagnostiqué dans le canton de Neuchâtel le 5 mai. Le cochon contaminé en est mort, euthanasié au Tierspital de Berne.

Il s’agit d’un virus qui provoque des problèmes au niveau de la reproduction, avec des baisses de fertilité et des porcelets chétifs. Mais ce sont la fièvre et surtout des symptômes respiratoires (toux, éternuements, difficultés respiratoires) qui conduisent à la mort.

C’est bête

L’animal a contracté cette épizootie en raison d’une importation illégale depuis l’Espagne de deux jeunes suidés assurément malingres, apprend-t-on par Pierre-François Gobat, chef de service et vétérinaire cantonal qui s’est exprimé sur Canal Alpha.

La bête rose vivait dans une petite exploitation en brique, en bois et en paille, de cinq petits cochons. Par précaution, ses quatre copains cochons sont morts avec lui.

Il faut dire que la commune de Val-de-Ruz ne possède aucune unité de ventilation de groins, on ne va donc pas s’amuser à calculer les courbes de propagation du syndrôme en fonction des capacités vétérinaires.

Ce sont les porcheries d’à côté qui suent comme des porcs, maintenant, car le virus voyage volontiers par les airs. A défaut d'arborer le masque, les porcins voisins risquent bien de porter le chapeau. 

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


mercredi 20 mai 2020

dimanche 17 mai 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Début mai, une maladie hautement contagieuse conduisant parfois à la mort est apparue dans une porcherie du Val-de-Ruz. Toute ressemblance avec le coronavirus qui sévit actuellement est pourtant parfaitement fortuite.

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

Un cas de syndrome dysgénésique et respiratoire du porc a été diagnostiqué dans le canton de Neuchâtel le 5 mai. Le cochon contaminé en est mort, euthanasié au Tierspital de Berne.

Il s’agit d’un virus qui provoque des problèmes au niveau de la reproduction, avec des baisses de fertilité et des porcelets chétifs. Mais ce sont la fièvre et surtout des symptômes respiratoires (toux, éternuements, difficultés respiratoires) qui conduisent à la mort.

C’est bête
L’animal a contracté cette épizootie en raison d’une importation illégale depuis l’Espagne de deux jeunes suidés assurément malingres, apprend-t-on par Pierre-François Gobat, chef de service et vétérinaire cantonal qui s’est exprimé sur Canal Alpha.

La bête rose vivait dans une petite exploitation en brique, en bois et en paille, de cinq petits cochons. Par précaution, ses quatre copains cochons sont morts avec lui.

Il faut dire que la commune de Val-de-Ruz ne possède aucune unité de ventilation de groins, on ne va donc pas s’amuser à calculer les courbes de propagation du syndrôme en fonction des capacités vétérinaires.

Ce sont les porcheries d’à côté qui suent comme des porcs, maintenant, car le virus voyage volontiers par les airs. A défaut d'arborer le masque, les porcins voisins risquent bien de porter le chapeau. 



samedi 9 mai 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615



Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local



Une révolution silencieuse parcourt les rues de la ville de Neuchâtel et chamboule les habitudes de ses habitants.

Qu'il soit brun, blanc ou vert, cela n'a plus d'importance, le verre se jette désormais en vrac et dans un fracassant désordre dans la benne de recyclage. Idem pour le papier et le carton, dont le grammage ou le glaçage n'est plus la source d'une longue hésitation menant au mal de tête. Depuis quelques semaines, l'affichage officiel situé sous les réceptacles se sont uniformisés devant le regard médusés des usagers.

Désormais, les daltoniens n'auront plus d'excuses, et jamais l'expression n'aura été plus juste: «Chéri(e), je sors faire le vide». Le cerveau des Neuchâteloises et Neuchâtelois est enfin débarrassé du souci de la concentration quand il s'agissait de mettre le bon déchet dans le bon orifice. Les honnêtes citoyens sont aussi enfin déchargés du poids de la culpabilité, lorsque la frêle notice de papier filait avec l'emballage «au carton». Enfin, ils sont libérés de ce choix cornélien sadique: «Mais ce verre, il est brun ou il est vert???»

Cette petite révolution s'inscrit comme une «nouveauté 2020» sur le site du Service des infrastructures de la ville de Neuchâtel, qui précise toutefois que bien que mélangés, les déchets de ces points de collecte «restent cependant triés séparément à la déchetterie». Neuchâtel crée de l'emploi, c'est beau.

Mais il faut prendre garde à l'innovation. Si on ne trie plus par couleur, encore moins par matière, ainsi soulagés de toute réflexions, d'aucuns seront bientôt tentés d'amener le contenu de leur poubelle dans la benne, et sans sacs taxés....!

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse