samedi 16 janvier 2021

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615 https://www.journaldujura.ch/abo

 


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php


Impair et passe
Illustration d'un article de Jean-Luc Wenger


 

Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


« La vie est trop courte ! ». Un cri du coeur de la vice-présidente de l’UDC neuchâteloise, Anne-Marie Ridout, qui a démissionné de son poste. C’était le 1er novembre mais la nouvelle a mis plus de deux mois à sortir. La vie est trop courte pour perdre son temps dans un tel parti ?
- Image de Vincent L'Epée - Texte de Franz
Ben non, quand même. Trop courte pour continuer à subir la loi d’un dictateur. Rien que ça. Le tyran en question, c’est le président dudit parti, Walter Willener. Celui-ci quittera pourtant ses fonctions fin avril, après les élections cantonales. « Ça ne changera pas grand-chose », estime la démissionnaire. C’est donc si pourri que ça ? C’est vrai qu’après les déboires (si l’on ose dire) d’Yvan Perrin et la perte de 11sièges sur 20 aux dernières cantonales, l’ambiance doit être un rien délétère.


 


Lisez Arcinfo! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615

 





jeudi 24 décembre 2020

Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


JOYEUX NOËL, BONNE ANNÉE, HEUREUSE SANTÉ ET TOUT ET TOUT ET TOUT AVEC PLEINS DE POUTOUS
- Image de Vincent L'Epée - Texte de Betty Saucisse
Ça y est, ça ne pouvait mieux tomber, cette **** d'année 2020 se termine à la fin de cette année. Ouf! Cet événement marquant, dont tous les médias vont parler, vous est offert en exclusivité grâce à La Torche 2.0 Neuchâtel, toujours en avance!
Tant de pétulance a toutefois épuisé l'équipe de votre média satirique neuchâtelois préféré (forcément, on est les seuls), qui va se mettre une bonne biturée pour revenir frais comme des pinsons dès le 11 janvier. Le temps de se remettre, quoi.
Mais qu'est-ce qu'on se réjouit de 2021! On a dans l'idée que y a pas grand chose qui va changer.. Allez, salut!


samedi 12 décembre 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615 https://www.journaldujura.ch/abo

 


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


Des containers maritimes pour abriter un village d'artiste mobile, il fallait y penser!
- Image de Vincent L'Epée - Texte de Betty Saucisse
Mettre en boîte les artistes, en voilà une idée qu'elle est bonne!
Lors du Conseil général de Neuchâtel, le postulat pour créer un «village mobile d’ateliers et de résidences pour artistes et créateurs de la région» a été accepté par 19 voix pour et 13 contre, nous apprend «ArcInfo» ce mercredi 9 décembre. Celui-ci prendrait place à la rue Jehanne-de-Hochberg, là où une yourte «aux activités méconnues» est installée depuis fort longtemps.
Mais le PLR et le PDC imaginent, semble-t-il, une autre valorisation de ce terrain idéalement situé, sans vis-à-vis, face au lac, surplombant la ville... Rrrrrhhhhhaaaa, des villas type en PPE, si seulement....!!!!
Heureusement que le village est prévu pour être mobile. Pour un peu, on s'en voudrait que des poètes ou des artisans leur volent leur rêve en béton.

vendredi 4 décembre 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 



Le galant de virus et ce virus de Galland  

Après Renaud et son «connard de virus», c’est à un artiste neuchâtelois de se sentir (mal) inspiré par la pandémie. A l’approche de Noël, Mathieu Galland offre une chanson monotone pour enfants, qui oscille entre message vaguement didactique, attaques haineuses et appel à délation. Le tout façon «Henri Dès». Un cadeau dont les gosses se passeront volontiers.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Torrée Adore

La chanson(nette) raconte l’histoire d’un enfant qui, comme beaucoup d’autres probablement, se demande pourquoi, cette année, on ne fête pas son anniversaire (qui a lieu en décembre, laissent supposer les paroles1). Alors à l’enfant de la chanson, et à tous ceux qui l’écouteront, Mathieu Galland répond poétiquement que s’il n’y a pas d’anniversaires, «c’est à cause du poupon qui ne veut pas de ses protections!». Et il rajoute encore que «si pépé monte au ciel, la veille de Noël», c’est parce que Tonton a fait un bisou à Christelle, et que si les gens se sentent mal en ce moment, «c’est à cause des copains qui font la fête».
Bref, au cas où, Jeannette, si ton Noël et ton année sont pourris, si tu n’as pas de cadeau, si tu es malheureuse, c’est à cause de tes voisins, de tes copains, de tes poules et de tout autre «coronéationniste»! Mais non, voyons, ne pleure pas Jeannette! Ne t'inquiète pas, car Mathieu Galland a aussi des solutions pour «faire plaisir au père Noël» : «Si tu vois un adulte sans masque dans le bus (2x), dis-lui: t’es vilain, tu propages le virus ! (2x)». Promis, si tu fais ça (bien), l’année prochaine, on fera un beau, gros Noël!

Du petit rock très révolté pour un artiste trop torturé, qui s’auto-décrit comme «musicien, écrivain, dramaturge, metteur en scène, réalisateur et acteur»! S’il ajoute «chanteur pour enfant» à son curriculum-vitae, on se pend.

_________________________
1Plusieurs exégèses ont été produites à propos du titre «Noël 2020»  https://mx3.ch/t/1z69  . L’interprétation la plus répandue consiste à voir dans l’enfant de la chanson la face fragile et innocente de Mathieu Galland. En raison de confusion qui règne, dans la chanson, entre la date d’anniversaire de l’enfant et celle de Noël, certains soupçonnent Mathieu Galland et Jésus d’être une seule et même personne. Source : MG.

jeudi 3 décembre 2020

samedi 28 novembre 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615 https://www.journaldujura.ch/abo

 


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


Ciao Bongio!

Fabio Bongiovanni, conseiller communal démissionnaire de Neuchâtel, a trouvé un nouvel emploi. Il va rejoindre le philanthrope Groupe Mutuel. On suivra avec intérêt la courbe des hausses des primes maladie dans l’Arc jurassien.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Farel Torcheq

Parti de pas grand-chose (Martigny), le Groupe Mutuel n’en finit pas de prendre du poids, et les assurés de perdre des plumes. Il vient ainsi de s’acheter 150 employés d’un courtier alémanique et va créer 22 nouvelles agences en Suisse. Il reprend aussi Fabio Bongiovanni, dit Bongio.

Bongio le PLR aura passé 7 ans au conseil communal où il s’est occupé de finance et d’économie, il n’aura fait ni vague ni vaguelette. Il déclarait à Arcinfo en décembre 2019: «Je souhaite retourner dans le privé. J’ai un esprit d’entrepreneur qui me brûle un peu le bout des doigts.» Une bien belle image de l’enfant qui teste la plaque de la cuisinière. Il disait aussi: «Je vais me laisser tenter par les opportunités qui se présenteront.»

Vous aviez donc le libre choix de l’assureur.


vendredi 20 novembre 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Au pays des nains

«Hey ho, hey ho! On r'tourne pas au bistrot! Hey ho, hey ho, hey ho...» Le Conseil d'Etat vient de prolonger les mesures restrictives jusqu'au 6 décembre.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Betty Saucisse

Bistrots, théâtres, salles de spectacles, cinoches, musées et bibliothèques resteront fermés deux semaines supplémentaires. On se rapproche toujours plus de la condition de nains...

On pioche tic-tac tic-tac tic-tac dans la mine le jour entier
Piocher tic-tac tic-tac tic-tac notre jeu préféré
Pas bien malin d'être riche enfin
Si l'on pioche tic-tac dans la terre ou dans la roche
Dans la mine! Dans la mine!
Dans la mine! Dans la mine...

(Si, si, c'est dans la chanson!)

Mais dans sa grande munificence, le gouvernement est «conscient des efforts considérables demandés à toutes les Neuchâteloises et tous les Neuchâtelois [et] les remercie d’avoir dans leur grande majorité respecté les mesures en vigueur». Ainsi donc, il y a de vilains petits nains qui auraient péché??? Sûrement les Grincheux, un grand malheur s'abattra sur eux! Le Conseil d'Etat «les appelle aussi à ne pas se rendre dans un autre canton pour contourner les mesures neuchâteloises, au risque de péjorer la situation, de réduire à néant les efforts fournis jusqu’ici et de prolonger les restrictions dictées par la situation sanitaire». Grand malheur on vous dit! 

Mais c'est pas tout de manier le bâton. Même rabougrie, faut pouvoir présenter une carotte: «pour la période des fêtes de fin d’année, le Conseil d’Etat étudiera l’opportunité d’assouplissements ponctuels dans les domaines de la vie sociale ainsi que de la vie culturelle et sportive.»

Ah bin voilà! Enfin! Sur 658 mots contenu dans le communiqué, en voilà qui ressembleraient à s'y méprendre à culture, et même sport! Tiens c'est drôle, et c'est juste à côté du mot vie...  

Dans la mine, dans la mine... 

 


vendredi 13 novembre 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local


Les feuilles mortes...

…se ramassent à la pelle. Disait joliment autrefois Prévert. Maintenant, les souffleuses-aspirateur ont pris le relais. Sur la place du Marché, à La Tchaux, nul besoin de ces engins. D’abord, y pas de végétation (ou si peu). L’arbre cohabite mal avec la bagnole. Mais y a des feuilles quand même. A signer. Pour que justement, on ne vienne pas encombrer un si beau parking avec des feuillus pleins de vermine.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Urbain Torché

Ils sont arrivés en masse, les bipèdes chargés de faire signer le référendum contre la « piétonnisation » de la place. Certains de très loin. Y en avait même de Lôzane. Mandatés semble-t-il, par le TCS (Touring Club Suisse, pour les quelques ignares non-automobilistes qui ne connaîtraient pas).

Tous ces braves gens ont fait consciencieusement leur job. Sauf que de nombreux quidams sollicités n’ont pas réussi à à se faire expliquer le pourquoi du comment de cette récolte de signatures. Quand on connaît déjà la Riponne et la place de la Palud, on peut quand même pas encore tout savoir sur la place du Marché de La Tchaux. "Et pis, on est là pour se faire de la tune, pas pour vous donner une leçon d'instruction civique".

Bref, cette cueillette d’autographes est laborieuse.

Le TCS est venu miraculeusement prêter main-forte aux initiants du référendum, l’UDC et le PDC. Dont on ne peut pas dire qu’ils disposent d’une armée de militants prêts à affronter l’électeur pour lui quémander sa signature. N’empêche qu’avec la « main d’œuvre étrangère » engagée par le TCS, les référendaires parviendront peut-être à récolter le nombre de paraphes nécessaire. Et le peuple tranchera.

Le TCS aura ainsi rassuré ses fidèles membres. Quant à L’Union DéCapotable et et le PartiDéChristianisé, ils ont déjà réussi leur pari qui consistait essentiellement à « sauver les meubles » aux élections communales. Un sursis de quatre ans.


 

vendredi 6 novembre 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


Ce mercredi à 23h, tout s'arrête. Sauf le boulot, sauf le métro, sauf la conso...

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Betty Saucisse

En 2019, René avait une vie passionnante. En 2020, on pourrait faire de sa vie un film misérabiliste... Artiste aux talents cumulés - chanteur, danseur, comédien et bibliothécaire dans un musée -, il ne comptait plus ses heures loin du foyer familial et de sa rombière. Il avait tout de même réussi à l'engrosser quatre fois, sûrement les quatre fois sur les milliers d'autres où ses prodigalités nocturnes l'avaient conduit de beuveries en ripailles jusqu'en bestialité. 

Voilà que le coronavirus débarque, que les salles de spectacles ferment, tout comme le cabinet d'archives où René repose ses guêtres entre deux représentations et libations... C'était en mars. Il est à la maison, les quatre mouflets et la mégère pour seul public. Commence une longue descente dans les limbes domestiques. Il prend du bide.

Quand le rideau se relève, il soulève sa brioche pour aller savourer son petit noir au bistrot du coin. Mais le monde culturel est un champ de mines tristes, et bientôt masqués. Ses rayons de manuscrits ne laissent plus passer sa bidoche. Quant à l'emmerderesse, elle retrouve ses boutiques non essentielles et peut enfin larguer les morpions chez le garde-chiourme communal. La vie capitaliste reprend ses droits.

Mais la cigale se trouva fort dépourvue lorsque la deuxième vague fut venue... René devait s'y attendre, mais ne voulait pas. Il avait presque fait fondre son gras quand le Canton communiqua: «Les établissements publics sont fermés (discothèques, boîtes de nuit, restaurants, bars, pubs). Cette décision ne concerne pas les hôtels (...). Les lieux culturels tels que les musées, galeries d’art, salles de spectacle, de théâtre, de concert et de cinéma sont fermés» - «Tiens, tiens», se dit René qui poursuit sa lecture: «Les manifestations et rassemblements, publics ou privés, y compris dans le cercle familial, à l’intérieur comme à l’extérieur, réunissant plus de 5 personnes sont interdits» - «Intéressant!», se dit René, levant ses yeux vers l'azur comme pour recevoir un signe, «s'il faut quitter les planches, autant que ce soit celles de la maison», sourit-il en dedans, avant de reposer ses mirettes sur la notice d'emballage: «Ne sont pas concernés: les ménages de plus de 5 personnes». Monde de merde.

Conso, boulot, dodo... rideau!


vendredi 30 octobre 2020

Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


On y est... Le RHNE a passé le pic du printemps en matière d'hospitalisations Covid. 

- Image de Vincent L'Épée - Texte de Betty Saucisse

On connaissait le pic épeiche ou le pic vert, voici le pic du printemps! Viendra peut-être le pic d'automne, à moins que ce soit le pic d'hiver ou plus prosaïquement un pic variable.

Comme ses cousins les pics d'automne ou d'hiver, le pic du printemps est un nicheur opportuniste, habitué des salles blanches bien intubées. Si ses "toc toc toc" incessants fatiguent énormémement tout le personnel de soin, ceux-ci sont suffisament puissants pour donner des céphalées aux classes dirigeants, lesquelles deviennent fous: en effet ces derniers comptent sur des masques pour ne pas les entendre alors que des boules quiès sont plus indiquées.

Bien que très répandu, le pic du printemps est toutefois très mal connu, c'est pourquoi il a été élu "oiseau de mauvaise augure 2020" afin que la communauté scientifique, mais aussi les politiques et la population y soient sensibilisés.





mardi 27 octobre 2020

Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615 https://www.journaldujura.ch/abo

 


Lisez Vigousse! Abonnez-vous! http://www.vigousse.ch/abonnements.php Illustration d'un article de Laurent Flutsch

 



 

Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


On va pas vous faire un dessin…
Ce jeudi 22 octobre aurait dû avoir lieu une soirée de gala à l’Espace des Solidarités à Neuchâtel. Une jolie fête pour clore l’expo La Torche Solidaire. Pour les raisons que vous imaginez, le finissage est reporté à des jours meilleurs.
- Image de Vincent L'Epée - Texte de Farel Torcheq
Et puis, l’invité d’honneur Guy Parmelin, affaiblit par sa quarantaine, n’aurait pu être présent et ses mots auraient cruellement manqués. De même que ceux de Thomas Süssli, chef de l’armée, lui aussi terré dans son bunker pour les raisons que vous imaginez.
La bonne nouvelle c’est que les quarante-huit dessins de presse d’Alessandra, de Vincent et de Vincent L’Epée restent accrochés du lundi au vendredi de 10h à 14h.
Fête il y aura, nous vous préviendrons.
En attendant, prenez soin de vous!


Lisez Arcinfo et Le Journal du Jura! Abonnez-vous! https://www.arcinfo.ch/pages/nos-abonnements-664615 https://www.journaldujura.ch/abo

 


Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 


Envie d'éviter les pièges du greenwashing? Lisez La Torche 2.0 Neuchâtel! Abonnez-vous! https://latorche.ch/users/register/local

 

Le journalisme a mal au journalisme. Deux mectons de la RTS ont décidé de se profiler en fantassin de la transition écologique. Pris à parti pour avoir converti un vieux Combi VW en électrique par quelques-uns qui leur ont dit que c'était une connerie, ils n'ont pas supporté la critique, alors ils ont fait le clip MTV le plus long de l’histoire.

- Image de Vincent L'Epée - Texte de Betty Saucisse

Intitulé «A contresens - Voiture électrique: la grande intoxication», le reportage de Marc Müller et Jonas Schneiter est censé écoeurer les complotistes pro-pétrole. Ils aimeraient que leur production soit considérée comme un «film» de leur extraordinaire questionnement, et non pas comme un documentaire.

Sauf que ça n'était ni l'un ni l'autre. Tout au plus, une simple campagne de comm' pour les Vert'lib', ou une propagande pour les futurs Maîtres du monde (entendez Glencore, Trafigura ou encore China Molybdenum...). Cet exploit télévisuel était en effet présenté en exclusivité par les Vert'libéraux jeudi soir au cinéma des Arcades à Neuchâtel et l'événement était organisé par la fondation Planet Solar. Que de bonnes âmes mues par la volonté d'informer la populace revêche et pollueuse sur l'inéluctable transition énergétique, quoi!

Ainsi, les deux fortiches en recherches Google ont décrété que les sources qui étayent de nombreux arguments en défaveur de la mobilité électrique étaient des "fake" et ont fait voler des avions aux deux coins du monde (Afrique et Amérique Latine) pour prouver les vertus de la bagnole lithium-ion. Pour ce faire, ils ont rencontré quatre contradicteurs pour douze pro-électriques.
C'est une estimation à la pelle, comme leur argumentaire. Florilège:

Des enfants travaillent dans des mines pour extraire le cobalt destiné aux batteries? Bah, ça n'est que 10%, et à vue de nez, puisqu'on les a pas vus malgré notre voyage au Congo... Et franchement, montrer des images de petits Africains embourbés, ça jette le discrédit. Les honnêtes travailleurs des mines soumises à Glencore ou aux revendeurs chinois se sentent franchement stigmatisés pour le coup, pas sympa...

Il y a des terres rares dans les batteries? Même que pas, enfin pas toujours, puisque trois modèles sur les sept les plus vendus n'en ont pas... Et pis même que y en a dans le catalyseur des voitures à essence, bouh les vilaines! Mais quid des quatre modèles qui en contiennent? On va pas parler de terre rare, quoi, c'est pas le sujet en fait.

L'extraction de lithium en Amérique Latine menace les flamands roses et confisque l'eau courante des habitants voisins de l'exploitation? Personne n'a de preuves de quoi que ce soit, alors vous pouvez pas le prouver parce qu'on peut pas prouver le contraire de ce que vous pouvez pas prouver...
Les batteries ne se recyclent pas? Bin quoi, elles ont une durée de vie de 300 000 km et puis la filière de recyclage va s'améliorer, promis, juré, craché. C'est Leclanché qui le dit, et l'entreprise est bien placée pour le dire, étant active dans le développement et la production de cellules lithium-ion, c'est une source fiable puisqu'elle n'a rien à vendre...

Le tout a été saupoudré d'un niveau de diction sorti des dures cités de Chêne-Bougerie (le Auteuil-Neuilly-Passy de Genève), servi par un baroudeur (Marc Muller), qui estime que sa quête carbonnée de vérité pourrait quand même être compensée par 1000 beaufs roulant en tire électrique pendant un an. A ses côtés, un adolescent en retard de croissance (Jonas Schneiter) s'étale dans un canapé, toujours affublé de son smartphone et de ses écouteurs, mais chantre de la contre-position "ah ouais quand même".